Affleurements

Lapiaz (figures de dissolution dans le calcaire). L’eau de pluie (H2O) se charge de gaz carbonique (CO2) avant de tomber sur le sol. Or H2O + CO2 donne H2CO3 qui est l’acide carbonique. Certes, il s’agit d’un acide faible mais avec le temps son action est considérable. Le carbonate de calcium (CaCO3), appelé plus simplement « calcaire » est attaqué et dissous. Il en résulte de fantastiques formes de dissolution, les lapiaz ou lapiez, particulièrement visibles en montagne. En effet, le gaz carbonique se dissout mieux dans l’eau froide. C’est donc en altitude que la dissolution est la plus marquée. Quatre photos illustrent la variété des formes observées sans faire le tour de la question. Sur chacune un objet donne l’échelle. Canalicules (photo 1) ; coups de gouge (photo 2) ; mini crêtes acérées capables de vous couper les souliers (photo n°3). Mais parfois les formes sont arrondies (photo n°4). Dans ce cas, la dissolution s’est produite, sans circulation de l’eau, donc sous une couverture végétale que l’érosion a ensuite fait disparaitre. Clichés pris en Haute-Savoie, au-dessus de Flaine, dans les calcaires de l’Urgonien. A voir l’été en prenant le téléphérique qui monte au « Désert de Platé ». Si on quitte l’échelle de la dalle de pierre pour s’intéresser à celle de l’hectomètre, il existe bien d’autres formes, car la dissolution succède à la tectonique qui intervient préalablement pour créer toutes sortes de fissurations.

Lapiaz (figures de dissolution dans le calcaire). L’eau de pluie (H<sub>2</sub>O) se charge de gaz carbonique (CO<sub>2</sub>) avant de tomber sur le sol. Or H<sub>2</sub>O + CO<sub>2</sub> donne H<sub>2</sub>CO<sub>3</sub> qui est l’acide carbonique. Certes, il s’agit d’un acide faible mais avec le temps son action est considérable. Le carbonate de calcium (CaCO<sub>3</sub>), appelé plus simplement « calcaire » est attaqué et dissous. Il en résulte de fantastiques formes de dissolution, les lapiaz ou lapiez, particulièrement visibles en montagne. En effet, le gaz carbonique se dissout mieux dans l’eau froide. C’est donc en altitude que la dissolution est la plus marquée. Quatre photos illustrent la variété des formes observées sans faire le tour de la question. Sur chacune un objet donne l’échelle. Canalicules (photo 1) ; coups de gouge (photo 2) ; mini crêtes acérées capables de vous couper les souliers (photo n°3). Mais parfois les formes sont arrondies (photo n°4). Dans ce cas, la dissolution s’est produite, sans circulation de l’eau, donc sous une couverture végétale que l’érosion a ensuite fait disparaitre. Clichés pris en Haute-Savoie, au-dessus de Flaine, dans les calcaires de l’Urgonien. A voir l’été en prenant le téléphérique qui monte au « Désert de Platé ». Si on quitte l’échelle de la dalle de pierre pour s’intéresser à celle de l’hectomètre, il existe bien d’autres formes, car la dissolution succède à la tectonique qui intervient préalablement pour créer toutes sortes de fissurations.

Haute-Savoie - - Jean-Pierre Legros
Cette photo a été vue 47 fois

SVT : Géologie : Affleurements

Premier | Précédent | Suivant | Dernier

1931 photos dans la photothèque
Une photo au hasard
Les 3 dernières photos référencées
     

Les photos de cette banque sont libres de droits pour un usage pédagogique non commercial : CC BY-NC
Toute autre utilisation devra être soumise à l'accord préalable de l'auteur.
Vous pouvez proposer une photo pour la banque.

 
Haut de page