Botanique

On peut parfois observer chez les orchidées des anomalies affectant la coloration ou le développement de la fleur : ces anomalies sont appelées des lusus. Dans cet exemple affectant Ophrys apifera, l'Ophrys abeille, on observe un lusus pélorique, c’est-à-dire une fleur présentant une symétrie radiale au lieu de bilatérale : il n’y a plus de labelle mais 6 tépales identiques. Ici, les fleurs possèdent également plusieurs gynostèmes (colonnes portant les organes sexuels soudés). À comparer à la fleur sauvage. Plusieurs hypothèses sont proposées pour expliquer l’apparition des lusus :
- mutations des gènes PMADS (gènes homéotiques d’identité des organes floraux) ou de leurs promoteurs, avec pour conséquences des modifications du niveau d’expression ou des territoires d’expression de ces gènes.
- régulations épigénétiques (méthylations de cytosines) de ces mêmes gènes, avec des réversions possibles liées aux variations de l’environnement. Cette hypothèse est privilégiée lorsque l’on observe des inflorescences hétérogènes : sur un même pied, des fleurs possédant un phénotype sauvage et d’autres fleurs anormales.
L’étude des lusus permet aux chercheurs de progresser dans la compréhension des mécanismes qui sont à la base de la construction de la fleur : gènes impliqués dans l’organisation florale, expression cadastrale, état de méthylation du génome.

On peut parfois observer chez les orchidées des anomalies affectant la coloration ou le développement de la fleur : ces anomalies sont appelées des <b>lusus</b>. Dans cet exemple affectant <i>Ophrys apifera</i>, l'Ophrys abeille, on observe un lusus pélorique, c’est-à-dire une fleur présentant une symétrie radiale au lieu de bilatérale : il n’y a plus de labelle mais 6 tépales identiques. Ici, les fleurs possèdent également plusieurs gynostèmes (colonnes portant les organes sexuels soudés). À comparer à <a href='https://phototheque.enseigne.ac-lyon.fr/photossql/photos.php?RollID=images&FrameID=ophrys_abeille'>la fleur sauvage</a>.
Plusieurs hypothèses sont proposées pour expliquer l’apparition des lusus :<br />
- mutations des gènes PMADS (gènes homéotiques d’identité des organes floraux) ou de leurs promoteurs, avec pour conséquences des modifications du niveau d’expression ou des territoires d’expression de ces gènes.<br />
- régulations épigénétiques (méthylations de cytosines) de ces mêmes gènes, avec des réversions possibles liées aux variations de l’environnement. Cette hypothèse est privilégiée lorsque l’on observe des inflorescences hétérogènes : sur un même pied, des fleurs possédant un phénotype sauvage et d’autres fleurs anormales.<br />
L’étude des lusus permet aux chercheurs de progresser dans la compréhension des mécanismes qui sont à la base de la construction de la fleur : gènes impliqués dans l’organisation florale, expression cadastrale, état de méthylation du génome.

- 2021 - Agnès Lux
Cette photo a été vue 154 fois

SVT : Biologie : Botanique

Premier | Précédent | Suivant | Dernier

1942 photos dans la photothèque
Une photo au hasard
Les 3 dernières photos référencées
     

Les photos de cette banque sont libres de droits pour un usage pédagogique non commercial : CC BY-NC
Toute autre utilisation devra être soumise à l'accord préalable de l'auteur.
Vous pouvez proposer une photo pour la banque.

 
Haut de page