Écologie/sol

À gauche un sol ocre-podzolique normal (Massif du Pilat) ; à droite un sol ocre-podzolique sous hêtres avec horizon médian enrichi en matière organique (sol caractéristique du Massif de l’Aigoual). Il a donné lieu à publication en 1969 dans « Science du Sol », l’article étant signé par MM. Lossaint, Warrembourg et Bottner (CNRS Montpellier). Le niveau sombre, riche en matière organique et en aluminium, est ancien (mesures au carbone 14). Comment expliquer cette morphologie particulière ? Les auteurs cités ont pensé à une remontée post glaciaire de la limite forestière. Seule la base de l’ancien sol se serait maintenue. Mais alors le phénomène devrait être général et pas circonscrit au massif de l’Aigoual. L’auteur de ces lignes se demande s’il ne faut pas invoquer le reboisement du massif par Georges Fabre et Charles Flahault à la fin du 19ème siècle. Mais par ailleurs, dans le Mont Lozère, pas loin, on détecte les traces de très nombreuses charbonnières qui affectent justement l’étage du hêtre. Seule une reprise des travaux avec des moyens modernes d’investigation permettrait de trancher. Heureusement qu’il reste des questions à résoudre pour les générations futures de naturalistes.

À gauche un sol ocre-podzolique normal (Massif du Pilat) ; à droite un sol ocre-podzolique sous hêtres avec horizon médian enrichi en matière organique (sol caractéristique du Massif de l’Aigoual). Il a donné lieu à publication en 1969 dans « <em>Science du Sol</em> », l’article étant signé par MM. Lossaint, Warrembourg et Bottner (CNRS Montpellier). Le niveau sombre, riche en matière organique et en aluminium, est ancien (mesures au carbone 14). Comment expliquer cette morphologie particulière ? Les auteurs cités ont pensé à une remontée post glaciaire de la limite forestière. Seule la base de l’ancien sol se serait maintenue. Mais alors le phénomène devrait être général et pas circonscrit au massif de l’Aigoual. L’auteur de ces lignes se demande s’il ne faut pas invoquer le reboisement du massif par Georges Fabre et Charles Flahault à la fin du 19<sup>ème</sup> siècle. Mais par ailleurs, dans le Mont Lozère, pas loin, on détecte les traces de très nombreuses charbonnières qui affectent justement l’étage du hêtre. Seule une reprise des travaux avec des moyens modernes d’investigation permettrait de trancher. Heureusement qu’il reste des questions à résoudre pour les générations futures de naturalistes.

Massif Central - - Jean-Paul Legros
Cette photo a été vue 136 fois

SVT : Biologie : Écologie/sol

Premier | Précédent | Suivant | Dernier

1942 photos dans la photothèque
Une photo au hasard
Les 3 dernières photos référencées
     

Les photos de cette banque sont libres de droits pour un usage pédagogique non commercial : CC BY-NC
Toute autre utilisation devra être soumise à l'accord préalable de l'auteur.
Vous pouvez proposer une photo pour la banque.

 
Haut de page