Écologie/sol

En Afrique, des niveaux ferrugineux affleurent souvent. Ici aux portes de Dakar. Alors on a cherché à comprendre pourquoi. L’un des premiers observateurs des sols des zones chaudes, l’anglais Francis Buchanan, remarqua en Inde, en 1800, que des argiles rouges, extraites en surface ou à faible profondeur, durcissaient à l’air et pouvaient servir de matériau de construction. Il inventa le mot « latérite » du latin « later » qui veut dire brique. Alors on se mit à généraliser et à croire que c’était partout pareil et que la mise en culture provoquait la stérilisation et le durcissement des terres par dessèchement rapide. En réalité, le mécanisme est autre : la différenciation de niveaux ferrugineux se fait au sein même des sols, assez profondément sous la surface, et prend des millions d’années (ces altérites tropicales datent de l’ère tertiaire comme en attestent plusieurs thèses de l’IRD). Malheureusement, la mise en culture et l’utilisation de la technique du brulis, provoquent parfois la disparition par érosion de tout ce qui surmonte les niveaux indurés riches en fer. Ils finissent par affleurer. Donc, l’Homme est coupable mais pas comme on croyait. On peut donc cultiver mais à condition de ne pas provoquer d’érosion. Malheureusement, la légende de la latéritisation rapide continue de se propager sur Internet. Pour mentionner les niveaux indurés, les spécialistes n’utilisent donc plus le mot « latérite », galvaudé, mais plusieurs autres termes dont « Plinthite » qui veut aussi dire brique, en grec cette fois !

En Afrique, des niveaux ferrugineux affleurent souvent. Ici aux portes de Dakar. Alors on a cherché à comprendre pourquoi. L’un des premiers observateurs des sols des zones chaudes, l’anglais Francis Buchanan, remarqua en Inde, en 1800, que des argiles rouges, extraites en surface ou à faible profondeur, durcissaient à l’air et pouvaient servir de matériau de construction. Il inventa le mot « latérite » du latin « <em>later </em>» qui veut dire brique. Alors on se mit à généraliser et à croire que c’était partout pareil et que la mise en culture provoquait la stérilisation et le durcissement des terres par dessèchement rapide. En réalité, le mécanisme est autre : la différenciation de niveaux ferrugineux se fait au sein même des sols, assez profondément sous la surface, et prend des millions d’années (ces altérites tropicales datent de l’ère tertiaire comme en attestent plusieurs thèses de l’IRD). Malheureusement, la mise en culture et l’utilisation de la technique du brulis, provoquent parfois la disparition par érosion de tout ce qui surmonte les niveaux indurés riches en fer. Ils finissent par affleurer. Donc, l’Homme est coupable mais pas comme on croyait. On peut donc cultiver mais à condition de ne pas provoquer d’érosion. Malheureusement, la légende de la latéritisation rapide continue de se propager sur Internet. Pour mentionner les niveaux indurés, les spécialistes n’utilisent donc plus le mot « latérite », galvaudé, mais plusieurs autres termes dont « Plinthite » qui veut aussi dire brique, en grec cette fois !

Dakar (Sénégal) - - Jean-Paul Legros
Cette photo a été vue 145 fois

SVT : Biologie : Écologie/sol

Premier | Précédent | Suivant | Dernier

1942 photos dans la photothèque
Une photo au hasard
Les 3 dernières photos référencées
     

Les photos de cette banque sont libres de droits pour un usage pédagogique non commercial : CC BY-NC
Toute autre utilisation devra être soumise à l'accord préalable de l'auteur.
Vous pouvez proposer une photo pour la banque.

 
Haut de page